Michel Lobrot
Anti-Freud
RESUME DES CHAPITRES

CHAPITRE I
On montre que la pratique freudienne à base d'interprétation a littéralement envahi le champ de la psychologie et de la psychothérapie depuis un siècle. Cette pratique ne va pourtant pas dans le même sens que les intuitions initiales de Freud, qui visaient à établir une authentique parole à l'intérieur du champ social.

CHAPITRE 2
La méthode interprétative est justifiée par le recours à l'inconscient, au sens freudien du terme, qui n'est pas identique au sens qu'on donne généralement à ce terme. Il faut donc reconsidérer en profondeur cette notion d'inconscient, ce qui est un des buts principaux de ce livre. On montre que l'inconscient, au sens freudien, découle directement de la méthode associative, d'une part, et, d'autre part, d'un rejet de l'expérience intérieure. Cela aboutit à une construction que l'auteur rejette en justifiant sa position.

CHAPITRE 3
Ce chapitre a pour objet de montrer à l'œuvre la méthode associative, dans la construction par Freud, de son système. On montre comment tout découle de ce premier postulat, depuis la place centrale qui est donnée à la sexualité jusqu'à l'établissement des notions centrales de ça, moi et surmoi.

CHAPITRE 4
L'auteur reprend le problème de l'inconscient, en essayant de voir quel sens on peut légitimement donner à ce terme. Il établit qu'il faut en réalité distinguer deux sens radicalement différents de la notion de conscience. Seul un de ces deux sens est susceptible de déboucher sur une l'idée d'inconscient. Il analyse cette idée. Toute cette démonstration l'amène à présenter une conception nouvelle du psychisme dans son ensemble.

CHAPITRE 5
Si le système freudien est une grande erreur introduite dans la pensée occidentale, comme l'auteur tente de le démontrer, il faut expliquer comment une telle erreur est possible, à quelles motivations et à quels mécanismes elle obéit. Cela amène à construire une théorie de l'erreur qui est nouvelle, même si elle s'appuie sur des élaborations d'auteurs contemporains. On montre aussi la parenté qui existe entre les trois pères fondateurs de la pensée moderne : Darwin, Marx et Freud.

CHAPITRE 6
Par rapport à ce problème de l'erreur il apparaît que l'équation personnelle de celui qui la formule a une importance capitale. Cela est vrai naturellement pour Freud. Dans cette optique, on examine la vie de celui-ci et on montre les rapports entre cette vie et la pensée précédemment décrite.